top of page

B Lab Suisse à Davos: La nature et les générations futures au cœur de la gouvernance des entreprises


©B Lab Switzerland, photo officielle “Amplifying sustainability practices from the boardroom” à la “House of Switzerland” le 17 janvier 2023 à Davos.


Le mardi 17 janvier 2023, lors du Forum économique mondial, à la “House of Switzerland”, B Lab Suisse et InTent ont réuni l’Alliance #SBA2030, des CEOs et membres de conseils d'administration d’entreprises suisses et internationales, dont plusieurs B Corps. Lors de cette session, dirigeant·e·s, politiques et responsables gouvernementaux se sont rassemblé·e·s afin de partager les pratiques et les instruments nécessaires pour instaurer une gouvernance des parties prenantes dans le respect des limites planétaires.


Cet événement fut l'occasion d’appréhender, avec des exemples concrets, les thèmes forts développés par B lab Suisse et son écosystème :

  • Comment mettre des instruments de gouvernance au service de la nature et des humains

  • L’importance des enjeux de coopération avec la nécessité d’agir collectivement

  • Le besoin de développer des réglementations cadres pour soutenir la transformation du système économique

Nous reviendrons dans cet article sur trois temps forts qui ont marqué notre événement du 17 janvier 2023 à Davos.


Adopter une gouvernance des parties prenantes


Maïlys Serrano, membre du conseil d’administration de Loyco a lancé un appel : “En tant que membres de conseils d’administration, il est de notre responsabilité ainsi que de celle des investisseurs·euses de nous engager sur le chemin de la durabilité !”


Nous avons besoin des entreprises pour avancer – besoin de leur capacité d’innovation, de leurs ressources et de leur inventivité dans la résolution des problèmes sociaux et environnementaux. Elles doivent nous permettre de progresser plutôt que nous entraver dans l’évolution vers une économie consciente et respectueuse.


Le changement passe tout d’abord par l’application de meilleures pratiques en matière de gouvernance au sein des conseils d’administration. Intégrer l'impact des décisions sur les parties prenantes dans les statuts de l’entreprise apparaît comme un premier pas fondamental sur le chemin vers la durabilité. Outre les modèles d’affaires, les produits, ou encore les méthodes d’évaluation, les responsabilités des entreprises doivent être hissées au niveau sociétal et environnemental. Ces meilleures pratiques s’orientent sur la transparence et la manière dont les entreprises engagent leurs employé·e·s, les membres de leur conseil d'administration et leur communauté dans la réalisation de leur mission.


Nicola Thibaudeau (membre du conseil d’administration de MPS), Maïlys Serrano (membre du conseil d’administration de Loyco) et Nadja Lang (Déléguée du conseil d’administration de ZFV Unternehmungen) pendant une discussion sur la responsabilité des CEOs et des membres de conseil d’administration.


Tony Goldner, directeur de TNFD (Taskforce on Nature-related Financial Disclosures) nous a également expliqué pourquoi les entreprises ont un rôle particulier à jouer dans la lutte contre le changement climatique et la dégradation de la nature. Les risques liés à la nature se trouvent pourtant dans les bilans des entreprises et dans les portefeuilles d'investissement, mais la plupart des entreprises et des conseils d'administration restent aveugles à ces risques.


La clé pour changer de récit et susciter l'intérêt des entreprises et des investisseurs·euses, nous explique Tony Goldner, est d'élever la discussion autour des "dépendances" de la nature. Il est temps de considérer la nature comme notre plus important partenaire technologique et d'investir dans cette dernière. Ces modèles pourraient nous permettre de considérer la nature comme une “infrastructure" faisant partie intégrante du processus décisionnel au sein des entreprises.


Action collective : le secteur privé s'unit pour agir


Les défis mondiaux, notamment le changement climatique, exigent une action collective audacieuse de la part du secteur privé. En effet, la plupart de ces défis sont des biens publics mondiaux, c'est-à-dire que leur résolution profite à chacun·e, mais qu'aucune organisation (gouvernement ou entreprise) ne peut les résoudre seule.


Au cours d’une discussion, Katell Le Goulven - membre du conseil d’administration d’Intent et directrice du Hoffmann Global Institute for Business and Society - et Karl Schmedders - professeur à l’IMD & Economic Theory Fellow - ont débattu sur pourquoi les entreprises ont tout intérêt à s'attaquer ensemble à la résolution de ces défis. Les entreprises seront ainsi mieux équipées pour répondre aux attentes changeantes des citoyen·ne·s et réduire les risques commerciaux en tenant compte de toutes les parties prenantes, y compris la nature, les personnes et les générations futures.


Katell Le Goulven (Membre du conseil d’administration d’Intent & Directrice du Hoffmann Institute) et Karl Schmedders (Professeur à l’IMD) lors d’un “fireside chat” sur le pouvoir de l’action collective.


Un bon exemple d’action collective entre membres d’une même industrie se trouve au cœur même de la communauté B Corp. La B Corp Beauty Coalition a pour mission de réunir les acteurs·trices du secteur de la beauté afin de collaborer pour améliorer les pratiques sociales et environnementales dans l'industrie (amélioration des packagings, innovation responsable, approvisionnement responsable en ingrédients…). "Grâce à la coalition, nous contribuons à établir une norme d'excellence en matière de beauté durable, et partageons des meilleures pratiques en matière d'emballage, d'ingrédients et de logistique afin d'améliorer collectivement notre secteur,” déclare Nataliya Yarmolenko, membre du conseil d'administration chez Weleda. Un an après sa création, la coalition compte aujourd'hui 53 membres à travers les six continents.


"La collaboration à travers les secteurs ainsi que l'action collective doivent figurer parmi les priorités des conseils d'administration”, nous explique Jonathan Normand, fondateur et CEO de B Lab Suisse. “Pour ce faire, il faut ancrer la gouvernance des parties prenantes en adaptant les statuts des entreprises et en mettant en place des mesures stratégiques visant à engager les chaînes de valeur. C'est en encourageant le changement et en libérant la collaboration entre les industries que l'on parviendra à orienter la transformation vers l'économie des parties prenantes."


Des réglementations solides pour soutenir les actions du secteur privé


La gouvernance des parties prenantes doit être soutenue par des lois afin de susciter des changements à plus grande échelle et à un rythme plus rapide.


Le lancement de notre initiative visant à renforcer les obligations fiduciaires des entreprises, soutenue par plus de 600 organisations suisses, a été annoncé à Davos. Elle vise à encourager les entreprises à déplacer leur point focal, remplaçant leur concentration actuelle sur les rendements financiers vers une attention renouvelée aux intérêts de toutes les parties prenantes. Si les régulateurs l'exigent, davantage d'entreprises seront motivées à agir, comme c'est déjà le cas en Italie, en France et dans 35 États des États-Unis où les B Corps bénéficient d'un statut juridique spécial.


Les dirigeant·e·s vont et viennent, les marchés fluctuent, les programmes changent. Ce qui compte, c’est le résultat final – c’est-à-dire la préservation perpétuelle de la mission de l’entreprise. Avec le recul, il devient de plus en plus évident que les entreprises qui ont une mission d’impact et responsable performent aussi bien voire mieux que leurs rivales traditionnelles. La tentation de renoncer à ses engagements sera donc moins pressante à l’avenir.


Les gouvernements, aussi bien au niveau national que mondial, doivent soutenir cette transformation en changeant les règles du jeu économique et en exigeant des entreprises qu'elles agissent dès maintenant," conclut André Hoffmann, vice-président du Conseil d'administration de Roche Holding Ltd et co-initiateur du #SBA2030.


André Hoffmann (Vice-Président de Roche) à la House of Switzerland le 17 janvier 2023.

A propos du #SBA2030


En mai 2022, à Davos, B Lab Suisse et InTent ont lancé le Swiss Boards for Agenda 2030 (#SBA2030), une alliance de CEOs et de membres de conseils d'administration engagé·e·s en faveur de la durabilité. Ces dernier·ère·s ont pris l'initiative d'élargir les responsabilités de leurs entreprises et de veiller à ce que les processus de prise de décision tiennent compte de l’impact sur toutes les parties prenantes - y compris les employé·e·s, la société et l'environnement. À ce jour, 35 organisations ont rejoint le #SBA2030 en 6 mois, dont Ricola, EBP, Aprotec, L'Occitane.


“En ces temps d'inquiétude et de projections alarmantes, cette alliance s'est constituée pour inspirer, s’unir, accélérer le changement et célébrer le courage de celles et ceux qui décident de contribuer à l'avenir durable, souhaitable et inclusif auquel nous aspirons tous et toutes." déclare Jonathan Normand, Co-Initiateur du #SBA2030.


"Il n’y aura pas d’avenir durable et prospère sans des pratiques collaboratives elles-mêmes durables et puissantes. Nous avons besoin d'alliances telles que le Swiss Boards for Agenda 2030 afin de prendre des mesures ambitieuses et novatrices pour la restauration de la nature et de la planète.” André Hoffmann, vice-président du Conseil d'administration de Roche Holding Ltd et co-initiateur du #SBA2030.


Pour plus d'informations, veuillez consulter : www.sba2030.ch


A propos de la certification B Corp


Les entreprises certifiées B Corp sont des leaders dans le mouvement mondial pour une économie inclusive, équitable et régénératrice. La certification B Corp est une désignation indiquant qu'une entreprise respecte des normes élevées de performance vérifiée, de responsabilité et de transparence sur des facteurs allant des avantages pour les employé·e·s et des dons de charité aux pratiques de la chaîne d'approvisionnement et aux matières premières. A ce jour, la communauté comprend plus de 6400 entreprises certifiées, dans 87 pays et 158 industries, et 150'000 organisations qui mesurent leur impact avec les outils B Impact Assessment et le SDG Action Manager.


Pour en savoir plus: https://fr.blab-switzerland.ch/






14 vues
bottom of page